Lizzard


Interview réalisée par mail par Virgile au mois de Janvier 2021 avec Wil (basse).


Bonjour, pouvez-vous vous présenter ainsi que le groupe ?
Hello ! On est un power-trio de art-rock/métal.

Que retenez-vous de positif de l'année 2020 ?
Honnêtement pas grand-chose de positif à l’échelle mondiale. Mais pour le groupe, on a mixé l’album pendant le premier confinement, en mode chacun chez soi, et avec un live-stream du studio, on a pu écouter les mix sur nos systèmes Hi-Fi à la maison, c’était différent mais assez confort, et comme méthode de travail ce n’est pas si mal finalement !

Parlez-moi du processus et du contexte de création de l'album " Eroded " ?
Toute la création s’est déroulée avant la covid, du coup, pas de changements là-dessus, on a passé un mois au Castle Studios près de Dresden en Allemagne en compagnie de Peter Junge (production, mix). On était isolé du monde extérieur ce qui pour nous est idéal pour pouvoir se focaliser à 100% sur la performance et la créativité. On s’est permis quelques sorties en nature pour prendre l’air, mais sinon c’était de la réclusion.

Comment composez-vous ?
Depuis quelques albums maintenant, notre manière de composer est restée inchangée, c'est-à-dire Mat (guitare/chant) compose à la guitare acoustique la grosse majorité des riffs et idées de départ, avec souvent des débuts de structure et mélodies de chant, puis on se retrouve à trois au local de répète pour en faire des morceaux, en passant par quelques jams, puis à chaque étape on s’enregistre, on écoute à la maison, on travaille chacun de notre côté sur des idées, puis quand un morceau est fini à 90%, Mat et Katy écrivent les textes.

Comment vous enregistrez ?
On aime bien enregistrer le plus live possible, et pour " Eroded ", on a fait ça, on a tous les trois enregistrés en même temps dans la même pièce à la recherche d’une " performance " qui nous plaisait. Ensuite, on a parfois refait quelques lignes de basse en fonction d’une recherche plus approfondie en termes de son ou de feeling. Puis pour les guitares, sur certains morceaux, il y a plusieurs couches avec des sons et couleurs différentes, on passe pas mal de temps à travailler ça, tester plusieurs guitares, amplis, micros…

Lizzard

Qu'est-ce qui vous a tenu à cœur au moment de l'enregistrement, du mixage et du mastering ?
Au niveau de l’enregistrement, c’était vraiment le côté live qu’on voulait absolument garder au plus possible. On n’est pas fans de ses sons tous propres tous bien calés, et on aime bien sentir les musiciens en train de jouer, une performance plutôt qu’une récitation. Au niveau du mix par contre, ça peut aller dans une direction plus " produite " dans le sens où on peut toujours retravailler le son, tant qu’on ne perd pas ce côté live. Puis au mastering, le plus important est de garder les dynamiques et les micro-dynamiques (désolé pour le côté technique !) dans le son. On veut que la musique puisse respirer, qu’on sente l’air autour de chaque instrument.

Avez-vous fait et/ou essayé de nouvelles choses par rapport aux albums précédents ?
On a pris un peu plus de temps avec des instruments supplémentaires (piano, clavier, percus et autres secrets), puis pour le chant, on a laissé plus de temps pour Mat, car souvent quand on paye cher la journée de studio, on est limité dans le temps et en fin de session on se retrouve avec 2 ou 3 jours pour faire toutes les prises de chant, ce qui n’est pas idéal pour les cordes vocales et la fatigue. Ce coup-ci, on a étalé les prises de chant sur un peu plus d’une semaine avec comme focus un morceau par jour, et je pense que c’est la bonne méthode !

Quelles sont les thématique de l'album ?
" Eroded " exprime pour nous un constat du monde actuel qui nous entoure. La relation entre l'être humain avec la nature. Donc l'érosion, la dégradation, mais aussi avec une lueur d'espoir ! On y raconte des choses plus ou moins belles… Une chose est sûre, nous nous sentons très concernés par ce que nous avons écrit sur cet album.

Quelles sont vos influences ?
Elles sont très nombreuses et sont étalées sur plusieurs décennies, dans les 60’s et 70’s il y avait PINK FLOYD, HENDRIX, KING CRIMSON, LED ZEPELLIN…, les 80’s avec METALLICA, FRANK ZAPPA, JANE’S ADDICTION, PIXIES…, puis les 90’s avec toute la scène grunge du genre SOUNDGARDEN, PEARL JAM, plus RADIOHEAD qui nous a beaucoup marqué, le néo-métal par la suite avec DEFTONES, KORN. Des groupes comme TOOL ou KARNIVOOL qui évoluent dans un style proche du notre également.

Que pensez-vous de la société actuelle et de sa façon de traiter son environnement ?
Ah ! C’est un peu le thème de l’album, mais j’imagine que beaucoup d’artistes sont dans le même état d’esprit que nous là-dessus. Evidemment, ce n’est pas durable ce qu’on fait subir à la planète (ses ressources naturelles), la perte de la biodiversité que ce soit les animaux ou les plantes, et à nous-mêmes par la même occasion. La pollution sous toutes ses formes a véritablement explosée depuis la révolution industrielle donc ce n’est pas quelque chose de nouveau même si ça va en s’accélérant, mais ce n’est que récemment qu’on commence à voir à grande échelle les dégâts catastrophiques que cela engendre. Malheureusement, ce n’est que quand on est face au désastre qu’on accepte le fait qu’on doit changer nos méthodes.

Lizzard

Que vouliez-vous raconter avec la pochette de l'album ?
C’est Mickaël André qui s’est chargé de tout l’artwork de l’album. Il s’est inspiré de la musique et des textes pour créer tout ça, et pour la couverture, il a mis en images la première phrase du morceau " Avalanche " : " A void between two river banks ", et c’est une sorte de canyon. Il travaille beaucoup avec la peinture, la photo, puis une touche de graphisme moderne également. On a eu énormément de retours positifs sur cette pochette.

Où peut-on se procurer l'album et le merch ?
Tous les anciens albums et merch sont disponibles sur notre site www.lizzard.fr, mais pour ce qui est du nouveau, il est en pré-commande sur le site de notre label Pelagic Records. Suite à sa sortie, il sera disponible chez les disquaires un peu partout.

Qu'avez-vous découvert et écouter comme musique en 2020 ?
Personnellement, je n’ai pas écouté beaucoup de nouvelles sorties en 2020, un que j’ai peut être plus écouté que d’autres est " Existential Reckoning " de PUSCIFER.

Envisagez-vous de faire des concerts en live stream vu la conjoncture actuelle ?
Non pas pour le moment, par contre, on espère pouvoir faire quelque chose de sympa autour d’un format concert, mais plutôt version DVD numérique à télécharger. On va voir ce qui est possible de faire avec les divers confinements et couvre-feux de 2021.

La question que vous auriez aimé que je vous pose ?
" Est-ce que la montée de l’extrême-droite à travers la monde vous préoccupe et vous inquiète ? ".
Et la réponse ?
Oui, énormément.

Merci pour l'interview, je vous laisse le mot de mot de la fin...
Merci à toi et à tous les lecteurs, et puis bon courage durant cette période difficile !