NO ONE IS INNOCENT
Paris le 23/03/18
(Le Bus Palladium)


C’est toujours un plaisir d’être invité par les NO ONE IS INNOCENT surtout quand il s’agit de concert avec des invités pour une release party. La " ladies guests night " était restée comme un excellent souvenir comme l’avait été les concerts de la Cigale, l’année du retour des NO ONE.
Le nouvel album produit par Fred Duquesne est une réelle tuerie, tirée dans l’ADN de NO ONE IS INNOCENT. Pour cette soirée les NO ONE IS INNOCENT ont été puiser dans leurs gènes leur sources d’inspiration et aux racines de leur rock mâtiné de fusion.

Le DJ set très rock a ambiance la salle du bus palladium à grand coup de tube rock puissant tels les BEASTIE BOYS ou autre SYSTEM OF A DOWN.

Après une introduction bien sentie, les NO ONE IS INNOCENT commencent par " Desperado " troisième piste du nouvel album. Et le ton est donné, les NO ONE IS INNOCENT ne lèveront pas le pied parce sur la release party se situe dans une salle Club avec un passé mythique.
Les NO ONE IS INNOCENT continuent ensuite par un " Kids are on the run " extrait du précédent album. Le public, trié sur le volet, est composé de proches du groupe, de chanson qui ont pu avoir leur place et de quelques photographes.
L’occasion de retrouver Christophe Crénel le présentateur d’une des rares émissions qui faisait la part belle au rock sur le PAF, " Plus vite que la musique ". Et c’est à ses côtés que je passerai une partie du set dans une ambiance détendue comme à l’époque où le rock avait encore sa place sur M6.
Shanka à la 6 cordes depuis la réformation est un véritable prodige et fait figure de tenancier avec Kmar, ceci est sans compter, Poppy second grateux qui n’est pas en reste avec son fameux bonnet à Pompom vissé sur la tête. Le groupe nous indiquait lors de l’interview que l’alchimie était parfaite lors de la composition entre les deux artisanats de la 6 cordes et cela est également perceptible sur scène. La section Rythmique avec Bertrand à la basse et Gaël à la batterie est aussi présente.
" Down on the street " feat Brice (DUKES OF PARIS). Gaël laisse provisoirement sa batterie à Brice des DUKES OF PARIS pour un " Down the street " tout en sueur et en énergie.
Quand on vous parlait de l’ADN de NO ONE IS INNOCENT il est en partie composé de groupes comme le MC5 et il est donc tout naturel que ce " Kick out the jam " trouve sa place dans la setlist de ce soir au même titre qu’un " Bullet in your head " feat. Gary (staff Bus Palladium) et Xav et Mika (team NO ONE IS INNOCENT). Dans le public ça chambre à mort "« continuez comme ça et vous allez être célèbres ! ", Kmar n’est pas en reste : " c’est super car on n’entend pas ça quand on joue au Stade de France ".
Quand on remonte le temps dans les années 1990, les NO ONE IS INNOCENT ont émergé dans le sillage de groupes tels que RATM en conservant leur identité spécifique et le chant en français. Le double chant avec Gary donne encore plus d’impact à cette chanson qui est un hymne pour une génération entière. Il est tout aussi normale de retrouver un second titre de RATM sur la setlist, " Tire me " toujours feat Brice aux drums. Lors du festival rock à Paris en 1997 nous avions eu la chance de voir NO ONE IS INNOCENT, FFF, HELMET, NTM et RATM sur la même scène.
Vient ensuite la cover de la chanson " Holiday " des SUBWAYS le temps que Gaël se remette derrière les fûts. La chanson aurait dû être introduite par Shanka qui prend la partie vocale mais Kmar anticipe ce qui permet à Shanka d’ironiser " pour une fois que je pouvais l’ouvrir... ". Ce titre n’est pas là pour refroidir l’ambiance et le groupe.
Le groupe poursuit le set avec " Territorial pissing " de NIRVANA et autant la veine RATM était prévisible autant l’influence NIRVANA est étonnante mais pas déplaisante et ce n’est pas le public du Bus palladium qui va se plaindre.
Le temps d’un " Kids in America ", JB et ALEX des STICKY BOYS rejoignent les NO ONE IS INNOCENT et prennent le lead vocal et la six cordes. Et Kmar de lancer un " seuls, on ne reprendrait pas ce type de chanson mais comme les STICKY BOYS sont là, alors on la fait ! " et cette chanson prend une autre dimension avec un côté punk décomplexé. La reprise de KIM WILD est ici punkisée pour continuer à chauffer l’ambiance.
Au tour de TREX de passer à la moulinette NO ONE IS INNOCENT avec un " 20th century boy " feat Stéphane Hervé des DEAD SEXY. Le punk se sexualise et Poppy doit faire avec un Stéphane Hervé très présent dans son dos en devenant son " toy ".
Pas le temps de souffler et Kmar annonce déjà un " Paranoïd " de BLACK SABBATH comme groupe qui a influencé les compos et pas seulement la tenue vestimentaire de Shanka ce soir…
Le groupe entame ensuite " Frankenstein ", titre éponyme au dernier album qui sortira le week-end suivant. Les lights se mettent au vert comme pour recréer l’ambiance du laboratoire où naquit le monstre. Les paroles dénoncent ici tous les monstres que la société enfante.
La chanson " Mongoloïd " feat. Arno Futur (ex-chanteur des SALES MAJESTES) de DEVO prend ici une autre dimension. La combinaison d’ARNO FUTUR indiquant " survivre c’est mourir au ralenti " est un réel mantra et il est visible que les artistes ce soir ont décidé de vivre. NO ONE IS INNOCENT continue le set avec le titre qui l’a fait découvrir au grand public " La peau ". Il dédie ce titre à Mehdi et à l’équipe de Verycords qui sont " un vrai label de rock ". Pas besoin de présenter le titre ni d’invectiver le public, car le public est déjà incandescent. D’un single à un autre, Kmar lance après un " prends ça dans ta face " venu du public, un " c’est à toi de prendre ça dans ta face, ça s’appelle " Ali, king of the ring " . Le nouveau single s’enchaîne avec le tout premier du groupe sans que le style n’ait bougé d’un iota après 24 ans.
Il est temps pour le groupe de jouer son avant-dernier morceau et cela se fera avec le producteur de " Frankenstein ", sur le titre Charlie feat. Fred Duquesne (MASS HYSTERIA). Fred a pour l’occasion sorti sa guitare à paillette et prend la place de Poppy pour ce final. " Ce morceau est dédié à Charlie Hebdo et pour la liberté d’expression et on le jouera encore et encore parce que face à eux faut faire front ". Shanka lance un " normalement c’est Poppy qui joue alors ça ne sera pas pareil sans bonnet ", erreur fatale car Poppy lui passe son bonnet et après près de deux heures de fournaise, le bonnet est… " Dégueulasse, c’est dégueulasse " suivant les propres dires de Shanka… Mais Shanka le conserve et joue une partie du morceau avec, Fred assume parfaitement sa guitare à paillettes et fait le show. Fred peut être fier en effet car il leur a produit un superbe album qui est taillé pour le live.
Le dernier titre " La gloire du marché " termine cette superbe soirée et montre que " Frankestein " est un album de retour aux sources et que groupe n’aura aucun mal à défendre sur scène.

Setlist :
Desperado
Kids are on the run
Down on the street
Kick out the jam
Bullet in your head
Tire me
Holiday
Territorial pissing
Kids in America
20th century boy
Paranoid
Frankenstein
Mongoloid
La peau
Ali
Charlie
La gloire du marché





(Review et Photos réalisées par Djaycee)

<<< Retour >>>